Récit de course : Total Warrior Leeds

Une première course au Royaume-Unis, j’ai pas tapé dans les têtes d’affiches du style Spartan Race ou Tough Mudder mais chez leur petit-cousin : Total Warrior.

La première édition s’est déroulée à Leeds et je vous raconte :


Départ 11h30, petit échauffement, petite préparation, on rentre dans la vague par un tunnel, original, et on y va.

On commence sur les chapeaux de roues, une idée en tête, prendre la tête de la vague et des équipes pour éviter le plus possible de faire la queue sur les obstacles (de quoi détruire un chrono). On arrive au premier obstacle, Leg it, un enchainement de montées et de descentes. Je me dis que c’est le moment de se séparer de la masse et de suivre le peloton de tête.

J’arrive après au « Pole to pole », le dessus-dessous, banal quand on a des techniques de Parkour, il faut juste gérer un peu sa respiration.

On est vite dans le bain, et le bain de boue pour le coup, en entrant dans de véritables bassins de boue. Avec de la boue jusqu’à mi-cuisse, je vous garantis que sans double boucle au lacet, on y perd facilement les chaussures.

A partir du 4ème kilomètre, qui je sens commencer à se tendre ? Ma petite bandelette ilio-tibiale ! Mais bon il en faut plus pour m’arrêter, la douleur n’est pas encore trop importante.

Course, petits obstacles, passages dans l’eau et la boue s’enchaînent, il faut attendre le 5ème kilomètre pour enfin atteindre les premiers obstacles un peu techniques. Toutefois, je n’ai relevé qu’un obstacle réellement technique au 6ème (ou 7ème kilomètres), sur lequel beaucoup de coureurs sont tombés, et même ceux avec des physiques plus impressionnants que le mien.

Son nom ? Le Swinger, un mur incliné avec des 6 cordes à la suite. Les cordes sont chacune attaché en haut du mur. Le but est donc de traverser le mur horizontalement à la force des bras en passant de cordes en cordes. Quand on attraper les cordes le plus haut possible et avec un bon grip (aux mains et aux chaussures), le passage se fait facilement.

On reprend de plus belle avec les passages dans la boue, un parcours pas compliqué en termes de dénivelé mais en termes de quantité et de profondeurs de boue, vraiment intense ! Beaucoup beaucoup de boues. De la boue jusqu’au bassin, mieux vaut avoir les chaussures bien attachées. Il n’a pas été rare de croiser des coureurs à la recherche d’une chaussure.

Je note également que les passages aquatiques sont peu agréables, ce n’est pas de l’eau, ce n’est pas de la boue, mais un mélange des deux avec en plus des feuilles, des branches et des petites odeurs…

Le dixième kilomètre est marqué par principalement deux murs à grimper à la suite, je les grimpe sans difficulté mais j’assure la descente pour mon pauvre genou.

On entame le dernier kilomètre, il reste trois obstacles. Un slide tête en avant, très fun, un mur à grimper à la corde (la corde n’étant accessible qu’au tiers du mur), et un saut de 5 mettre sur un tapis gonflable, très fun.

Dès l’atterrissage, je roule pour en descendre et je tape un sprint pour stopper au plus vite ce fichus chrono !

Résultat : 1h39 – 12km – 228/4000.


En deux mots ?

Des obstacles sympas et originaux mais peu d’obstacles réellement techniques ou de force.

Une organisation sans problèmes, des volontaires très impliqués même si pas super nombreux.

Un chrono qui me ravi malgré mon genou.


Difficulté

1/5

Organisation
note course ocr 3/5

Ambiance
note 5 ocr

Général

note course ocr 3/5


Les petits bémols :

  • Un ravito 100% eau, pas de nourriture,
  • Pas de douches,
  • Pas de médailles mais tout de même des goodies sympathiques.

Si vous avez raté l’article pour apprendre à se préparer 6 jours avant une course d’obstacle, c’est par là !

obstacle course racing eyes

© Tout droit réservé – Olympus Beast

total-warrior-finisher

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s